matrice

Je poursuis ma réflexion sur une matrice qui restituerait les différents comportements individuels et sociaux vis à vis de l’écologie. Une première version a été réalisée. En identifiant d’autres comportements en supplément de ceux observés initialement j’ai estimé qu’il serait pertinent d’y ajouter en plus d’un axe des abscisses (ACTION) et d’un axe des ordonnées (VOLONTE), ce que l’on nomme je crois un “axe des cotes” (après une recherche sur google) que j’ai nommé OUVERTURE. La matrice devient donc une matrice en 3D. Ce nouvel axe OUVERTURE rend compte de notre propension à nous ouvrir aux autres et aux mondes pour ce qui relève de l’écologie.
Les nouveaux comportements : contestataires, convertis, opportunistes.
Voici la nouvelle matrice dont j’ai esquissé un brouillon. Je ne suis pas sûr d’être compétent pour ce qui de la réaliser proprement au moyen d’un logiciel graphique (j’ai utilisé GIMP) pour la précédente… Idéalement j’aurais besoin d’être épaulé par un graphiste à cette fin. Je poste sur twitter pour intéresser un graphiste à cette tâche.

Je réfléchissais ce week-end aux différentes manières dont mes contemporains abordaient l’écologie aujourd’hui. En me référant à mon expérience et à mes discussions sur le sujet je dirais qu’il existe 6 grandes familles :

  • les réfractaires
  • les attentistes
  • les suiveurs
  • les pragmatiques
  • les impliqués
  • les altruistes

Quelques observations au passage :

Une entité, individuelle ou organisationelle, est difficilement l’expression d’une seule famille. Elle peut cumuler différentes appartenances et celles-ci peuvent évoluer avec le temps.

Les marches pour le climat et les déplacements de foule suscités par Greta Thunberg sont plus le fait de suiveurs qui cherchent un guide, une personne providentielle sans laquelle ils ont du mal à envisager un passage à l’action.

Les entreprises appartiennent en majorité à la famille des attentistes, suiveurs et pragmatiques. Certaines deviennent plus impliquées mais cette implication est essentiellement conditionnée par un pragmatisme économique. Peu encore mettent un pied dans la sphère de l’altruisme cette sphère leur apparaissant comme antinomique avec leur mission. Elles le feront néanmoins motivée par une certaine forme de suivisme si elles ne sont pas isolées mais peuvent s’entourer d’autres entreprises comme avec le mouvement ‘1% for the planet’.