Non classé

Ce sera une session à destination des ayant déjà assistés aux précédentes . Mon emploi du est occupé à ce point que je n’ai pas pu comme les précédentes consacrer du temps à la faire connaitre en invitant les freelances de l’écosystème hormis ceux donc que je peux facilement et rapidement atteindre c’est à dire qui avaient déjà assistés aux précédentes rencontres.

La du 15 septembre a rassemblé 15 personnes dont 14 / micro-entrepreneurs / entrepreneurs individuels. J’avais choisi le lieu pour sa terrasse qui me paraissait se prêter parfaitement à une rencontre. Et ce fut le cas au dire de certains participants et de l’ambiance conviviale qui s’est instaurée au fur et à mesure que nous avancions dans la soirée. Nous avons été d’ailleurs interrompu dans notre lancée par… l’horaire et bien que le maitre des lieux nous ait accordé une prolongation sur l’heure de fin de rencontre planifiée. Nous avons convenu de nous revoir pour poursuivre sur le sujet qui nous animait spécialement alors que nous avons dû nous séparer à savoir : comment accroître sa clientèle? J’ai décidé en conséquence de ne pas attendre un mois pour la prochaine rencontre mais seulement 3 semaines, c’est à dire, le 6 octobre .

J’ai été dans les années 2000 et je le suis désormais de nouveau depuis avril dernier, depuis avril . J’utilise le terme freelance mais le statut officiel c’est auto-entrepreneur ou entreprise individuelle (EI).

Je suis redevenu freelance 

Ces derniers mois je me suis consacré spécialement à 3 projets : 

  • J’ai apporté une version 1.0 à la licence Richesse Collaborative Universelle 
  • J’ai initié une rencontre entre freelances à
  • J’ai imaginé une nouvelle offre de service en rapport avec la création de , ai écrit son contenu et suis actuellement en train de mettre sur pied son site web ; cette offre ne sera visible du public que dans quelques semaines. Elle s’ajoutera à mon activité de création de sites web.

Toute entreprise quelque soit sa taille à partir du moment où elle dispose d’un site , est tenue à certaines obligations légales qui entrent dans le cadre de la loi pour la confiance dans l’économie . Un manquement à ces obligations expose à une amende très lourde ainsi qu’à une peine d’un an d’emprisonnement.

Il est d’usage que ces informations soient affichées dans une page communément intitulée ‘Mentions légales’ et dont le lien est tout aussi communément ajouté en pied de page des sites web. Voici par exemple la mienne.

Parmi les différentes informations qu’un doit afficher figurent les coordonnées de contact et la loi nous oblige à afficher soit un numéro de téléphone soit une adresse

Sauf qu’il y a un hic, un gros hic même.

Une fois affiché votre adresse e-mail ou votre numéro de téléphone vous exposez ces données à une récupération par des robots malveillants qui sillonnent le web jour et nuit avec pour unique et seul but de récupérer ces données. Une fois votre adresse e-mail ou numéro de téléphone récupérés ils seront vendus à des acheteurs tout aussi peu scrupuleux que ceux qui ont commandité ces robots. Vous serez alors exposer à des contenus non sollicités ce que l’on nomme communément des spams mais aussi par extension à du démarchage téléphonique.

Est-ce là la seule source d’exposition malveillante pour autant ? Non. Mais c’est une source sur laquelle nous avons prise et dont nous sommes donc directement responsable. Il y a d’autres sources qui hélas nous exposent malencontreusement à une diffusion non maitrisée de nos données, l’actualité s’en fait désormais souvent l’échos.

Alors comment protéger ces données d’une récupération malveillante ?

Je revenir dans une 2ème partie pour vous exposer la manière, manière que je pratique moi-même et qui me semble la plus pertinente à ce jour.

Babelio est un site dédié aux livres, à ses auteurs et à ses lecteurs.
Créé en il permet de se faire un avis sur un catalogue de livres tout simplement impressionnant avec des critiques apportées par les lecteurs eux-mêmes. J’ai aimé passé du et m’y perdre. J’y reviendrai c’est sûr.

Babelio.com

Les écrans plats faisaient tout juste leur apparition et leur avenir apparaissait déjà comme très prometteur. J’habitais à l’époque et l’inspiration m’est venue de réaliser des vidéo diffusant 3 différents contenus : des paysages naturels, des beautés urbaines mais aussi des images d’oeuvre d’art. Concernant ce dernier format j’avais réalisé un DVD spécial des oeuvres du peintre Paul Gauguin. Je n’avais pas de compétences particulières dans la réalisation et le montage vidéo sur support DVD. Je me suis auto-formé pendant de nombreuses soirées. J’ai alors imaginé des manières originales de présenter les oeuvres du peintre (dont j’étais tombé sous le charme) et de façon à permettre tout à la fois une découverte de ses peintures mais aussi une expérience envoutante et enivrante de son très riche en . Les paysages naturels et les beautés urbaines furent quant à eux réalisés à partir de de paysages cannois réalisées par mes soins. J’ai alors intéressé plusieurs acteurs, institutionnels et privés, à collaborer à l’avancement de ce nouveau type de contenu et alors que je venais de réaliser plusieurs prototypes sur DVD sur chacune des 3 thématiques. J’ai adressé à chacun d’entre eux un courrier accompagné d’une copie DVD du prototype. Hélas mes tentatives n’aboutirent pas.

Une plaquette réalisée par mes soins présentait le concept des habillages vidéo que voici.
Cliquez sur chacune des vignettes pour un agrandissement

Nous sommes une civilisation qui consommons beaucoup de contenus sans savoir comment les consommer. Il a été démontré par exemple que nous ne retenons que 10% de ce qu’un interlocuteur va nous exprimer oralement. Où partent les 90% restant ? Comment optimiser notre écoute pour gagner ne serait-ce que 30% d’écoute supplémentaire ?

Car c’est un fait : entre l’émission d’un contenu et sa réception et son assimilation, il y a déperdition. Il a été démontré également que l’attention d’un public devant un professeur baisse et n’est plus productive après 40 minutes et pourtant dans la plupart des pays les heures de cours continuent à s’étaler sur 60 minutes.

Aujourd’hui les réseaux sociaux nous abreuvent excessivement de contenus. A quel moment notre attention décroche et notre mémoire n’enregistre plus les contenus visionnés ? Une oreillette procure-t-elle une supérieure à une écoute sans oreillette et par exemple au moyen d’un haut-parleur ?

Quels sont les symptomes d’une charge mentale trop lourde chez soi ? Chez l’autre ? Comment faire baisser la charge mentale délibérément au cours de sa journée et pour revenir à une meilleure disponibilité ? Des malentendus entre individus peuvent-ils naître consécutivement à une charge mentale trop lourde chez l’un des interlocuteur ?

Plus je réfléchis à ces plus j’aboutis au constat de la nécessité d’une de la charge mentale.

Appelez-moi