vais

Depuis quelques années j’assiste à la montée en puissance de ce qui doit être considérée comme une nouvelle forme de dépendance que je nommerais ‘dépendance sociale’.

Elle est une dépendance à prendre très au sérieux, aussi sérieusement que les sont les dépendances aux drogues, les dépendances aux jeux ou encore les dépendances affectives.

Je n’ai aucune qualification en sociologie ou en sciences du comportement. J’ai simplement été plusieurs fois exposé au cours de mon , spécialement ces dernières années, à des comportements essentiellement dans le monde mais pas seulement qui par leur violence et leur issue dommageable m’ont poussé à m’interroger et ont fini du fait de leur répétition par me permettre de déceler un faisceau de coïncidences. Ce n’est que tout récemment que je suis parvenu cependant à mettre des mots dessus. Mon propre parcours pour sortir de mes dépendances a été essentiel à cette fin.

Mon propos avec cet n’est pas de vous dire : il existe des dépendants sociaux et il faut s’en prémunir. Je considère en effet que nous pouvons tous manifester cette dépendance à des degrés divers.

Maintenant c’est vrai que j’observe que des personnes sont très touchées et que si je devais les qualifier je dirais d’elles qu’elles sont néanmoins des personnes manifestant une dépendance sociale et non qu’elles sont des dépendants sociaux. Une sortie de dépendance est évidemment possible et comme pour n’importe quelle dépendance. Il s’agirait donc de ne pas les stigmatiser par un qualificatif ce qui participerait à les enfermer davantage dans leur dépendance.

Pour commencer j’aimerais vous présenter l’archétype de la dépendance sociale. En tant qu’archétype vous ne pourrez pas le rencontrer dans votre quotidien. Il est un modèle, un cadre de référence. Les personnes sujettes à la dépendance sociale manifestent plus ou moins la posture de l’archétype et selon leur degré de dépendance.

Je n’ai pas d’importance. Je n’existe pas. Je n’existe pas à moins que je sois vu des autres. Quand les autres me regarde je prends conscience à travers leurs yeux que j’existe. Je ressens un petit frisson d’existence.
Je ne m’en aperçois plus moi-même mais pour ainsi dire toutes mes pensées sont tournées vers la manière dont je pouvoir capter leur attention et leur regard.
Qu’est-ce que je cherche au juste ? Un frisson d’existence, j’en parlais à l’instant, oui mais ça ce n’est rien car il y a mieux ; je cherche à occuper une position qui me permette de rester en permanence sous le regard des autres et d’obtenir sans effort leur attention. Là ce serait le grand frisson, le frisson permanent, le bonheur qui me permettrait de m’affranchir définitivement de ma condition et de mon sentiment de ne pas être quelqu’un.
Et donc je passe mon à élaborer cette stratégie qui me propulsera à ce sommet. Je suis prêt à beaucoup de chose comme par exemple, se servir de mon entourage, de mes proches, que je mène à la baguette au moyen du mensonge et de la manipulation. Mais j’avoue que j’ai une préférence pour ces personnes dont tu viens de faire tout juste connaissance ou avec qui tu es mise en relation du fait d’une opportunité professionnelle. Je sais comment les tourner à mon avantage. La plupart du temps ils ne s’en aperçoivent pas et je m’assure que ce que je leur donne en attention servent mon plan principal. Ils ne sont au final que des pions et je me fais les dents sur eux en attendant mieux, plus grand. J’aime particulièrement quand elles sont gentilles et attentionnées et qu’elles pensent que ma gentillesse est tout aussi sincère ce qui les éloignent de l’ que je suis un peu beaucoup intéressée comme même. Mais que voulez-vous… ce n’est pas de ma faute si elles ne comprennent pas le bonheur qu’il y a à être élevé à une position sociale qui te rend incontournable. Et puis de toute façon lorsque je serai parvenu à ce sommet que je chérie d’avance elles en profiteront aussi puisque je pourrais alors leur céder à mon tour quelques regards du haut de mon piédestal. Elles ne le savent pas encore mais je leurs prépare un meilleur lendemain. Elles me remercieront c’est sûr.
Cela leur paraîtra évident qu’il était nécessaire d’en passer par là. Elles auront la chance en outre de pouvoir enfin profiter de ma personne car affranchis de la douleur que me procurait jusqu’à lors mon inexistence sociale, je pourrai enfin me montrer vraiment tel que je suis sans avoir besoin de tricher. Non vraiment si elles pouvaient accepter que je leur marche sur la tête pour me hisser à ce sommet… vraiment c’est pour leur bien. Et si elles refusent c’est certainement qu’elles convoitent ce même sommet mais elles n’ont pas encore compris qu’il est fait pour moi et dans leur ignorance je n’hésiterai pas à leur faire barrage dans leur ascension en leur faisant un croche pied ou en utilisant d’autres stratagèmes. Je sais être d’autant plus malin que ma survie est en jeu. Et puis quoiqu’ils leur arrivent cela n’a pas de réelle importance, elles aussi finiront par me remercier, c’est sûr, et même à me vouer admiration quand elles comprendront l’erreur qu’elles ont commises, erreur qui leur paraitront enfin comme une évidence quand elles constateront mon épanouissement une fois parvenu à ce sommet.

Voilà pour notre archétype.

Est-ce qu’il faut souhaiter à une personne qui manifesterait un haut degré de dépendance sociale et s’approcherait donc de cet archétype de parvenir à vivre son grand frisson, c’est à dire, à atteindre cette posture sociale qui la maintient en haleine et même qui la maintient en ?

Oui et non.

Le piédestal social que l’on vise en étant sujet à une dépendance sociale est totalement illusoire. Et une fois atteint la désillusion va être grande et l’effet de décompensation qui va s’en suivre pourrait être très violent. Donc on pourrait lui souhaiter de ne pas y parvenir sous peine d’une épreuve. Mais pour autant comment lui souhaiter l’inverse c’est à dire comment lui souhaiter de ne jamais être confronté enfin à ce qui pourrait le libérer de ce qui est en réalité plus un fardeau qu’un réel projet de vie.

Je ne doute pas néanmoins qu’une personne très hautement dépendante puisse estimer qu’elle s’est trompée de piédestal et partir en quête d’un nouveau qui pourrait l’élever enfin à ce qu’elle estime être sa juste hauteur. Dépendance et aveuglement vont de pair en effet.

Et c’est d’ailleurs essentiel de comprendre selon moi qu’une majorité de personnes sujettes à la dépendance sociale ne souhaitent pas vivre leur grand projet car alors elles perdraient cette illusion dans laquelle elles se sont enfermées comme refuge face à l’impuissance qu’elles ressentent quand il s’agit de savoir qui elles sont véritablement et ce qu’elles peuvent offrir à la société.

En somme beaucoup se contentent de fantasmer le grand frisson et partent en quête de petits frissons. Elles cherchent à vivre des élévations sociales temporaires pourvu qu’elles se répètent à interval régulier et comme pour maintenir leur dépendance à flot.

C’est là qu’intervient un instrument qui va leur permettre de s’en donner à coeur joie et qui va terminer de transformer ce qui chez certains aurait pu être un simple penchant en une véritable dépendance ; je veux parler des réseaux sociaux.

La propension à vouloir atteindre une posture sociale du fait d’une carence personnelle et de le faire au détriment de soi et des autres n’est pas chose nouvelle dans nos sociétés mais par contre les réseaux sociaux et le climat social qu’ils génèrent ont très nettement participé à ce qu’elle deviennent un comportement addictif puis une dépendance à part entière capable de se répandre tel un fléau.

Quoi de plus efficace en effet comme instrument d’élévation sociale à faible hauteur de piédestal et actionnable à souhait que les réseaux sociaux.

Les personnes y viennent quotidiennement pour prendre leur shot de dépendance sociale et si elles n’y sont pas encore sujettes elles pourraient y venir tôt ou tard dès lors qu’elles douteraient de leur valeur et à la manière de l’incarner dans la société.

Nous pensions que la dépendance aux réseaux sociaux était un problème mais nous n’avions pas apprécié qu’elle était très certainement que la face émergée de l’iceberg et qu’une dépendance plus grande la soutenait. Cela ne signifie pas pour autant que tous les personnes assujettis à une dépendance aux réseaux sociaux sont sujets à une dépendance sociale de surcroit. Un discernement est nécessaire.

D’après mon expérience les personnes sujettes à la dépendance sociale ne prennent pas un malin plaisir à manipuler d’autres personnes. La dépendance sociale est d’abord un comportement inconscient qui mènent les personnes qui y sont sujettes par le bout du nez si je puis dire et sans qu’elles s’en rendent compte. Ce comportement inconscient a par contre des conséquences très réelles qui engendrent une détérioration voire une destruction des relations avec son entourage professionnel ou privé voire les deux.

J’ajoute que derrière une dépendance sociale il y a une souffrance non résolue à laquelle la personne tente de répondre en poursuivant une route qui ne fait en fin de compte qu’alimenter cette souffrance. 

Notre société ne se contentent plus seulement d’être une société de la consommation et du spectacle. Elle est de surcroit une société de l’attention ou autrement dit de l’influence et je constate souvent que la jeune génération s’imagine désormais que la voie royale de l’ascension sociale réside dans la posture de l’influenceur. Pour le dire de façon raccourci, il faut être youtuber pour réussir. Ce raccourci s’il est pris au pied de la lettre peut très facilement conduire à une dépendance sociale.

Voilà pour une première approche du sujet de la dépendance sociale. J’envisage de vous en dire plus dans un prochain billet et notamment je réfléchis à établir une échelle de la dépendance sociale et pour permettre à chacun de mesurer son degré d’accoutumance à cette nouvelle dépendance.

La dépendance sociale est un sujet riche qui mérite de s’y attarder. C’est aussi et surtout une nécessité que son constat soit enfin fait et pour éviter qu’il ne devienne un trait dominant de nos sociétés puis de notre civilisation.

Post thumbnail

Voici une jolie illustration réalisée sur le vif par Natalia, illustratrice et photographe qui participait à la avec nous ce soir-là. Je vous invite à découvrir son travail : Natashilo.com

Nous étions 11 en terrasse pour nous rencontrer autour d’un verre et faire connaissance. D’autres personnes souhaitaient y participer mais ne pouvaient venir du fait de leur planning. D’autres ont du décommander au dernier moment.

L’ plait et répond à un besoin réel comme je l’avais estimé.

Une nouvelle rencontre est prévue début septembre dont je définir la date prochainement.

Le de la rencontre d’hier soir jeudi 7 juillet.


Crédit photo (le cocktail) : Pavel Danilyuk provenant de Pexels.com

Post thumbnail

Note d’introduction : Je ré-édite cet écrit il y a 4 ans à l’époque sur mon compte linkedin… mon intuition était bonne et je viens d’en faire une nouvelle fois l’expérience tout récemment. Il est essentiel de faire la nuance entre la et le succès. Je vous laisse (re)découvrir cet article en souhaitant vous livrer sa suite inspirée de mon expérience récente donc. J’ai apporté quelques correctifs sur la forme par rapport à la version originale et pour une lecture plus fluide. Le fond n’a pas été modifié. Bonne lecture.

Je pense pour ce qui me concerne qu’il est urgent qu’il soit clarifié la notion de succès ainsi que celle de réussite car à mon sens ce sont 2 notions bien distinctes et leur amalgame est préjudiciable c’est à dire qu’il est une source de malentendus aussi bien en entreprise qu’en dehors c’est à dire dans nos rapports en tant qu’individus au sein d’une même société, d’un même pays.

Posez-vous la question juste quelques secondes avant de poursuivre la lecture de ce billet : savez-vous précisément distinguer la réussite du succès ?

Ce n’est pas si évident n’est-ce pas ? Souvent les 2 notions sont confondues et l’une est employée alors que l’autre conviendrait mieux au contexte.

Cette confusion, il m’arrivait de la faire avant que je prenne le d’y réfléchir délibérément.

Cela m’a permis de comprendre tout d’abord que nous sommes acculturés pour ce qui relève de ces notions car notre éducation, nos médias et nos institutions ne sont pas tournés vers ce qui fonctionne mais vers ce qui à l’inverse ne fonctionne pas. Notre lui pourtant on le sait, ne fait pas la différence entre les 2, c’est à dire entre ce qui fonctionne et ne fonctionne pas. Il n’a aucune notion véritable de ce que signifie la négation. « Ne tombe pas » dit à un enfant lui fait perdre ses moyens car son cerveau n’entend que le mot « tombe » et zappe les termes « ne » et « pas »…

Je vous livrer une réponse imparfaite cependant sur la différence entre ces 2 notions car je m’aperçois moi-même que la délimitation que j’en fais nécessiterait d’être affutée et précisée, signe que je suis moi-même concerné par la nécessité de mieux me cultiver et réfléchir sur ces sujets mais voici ma première analyse en souhaitant qu’elle soit le socle d’une réflexion plus élaborée donc.

Parlons du succès tout d’abord.

Le sens commun du mot succès renvoie à l’obtention de résultats auprès d’un public : « cette pièce de théâtre est un succès » (sous entendu : elle draine un public nombreux), « il a du succès en affaires » (sous entendu : il enchaine les contrats, les tractations, les entreprises), « il/elle a du succès auprès des femmes/des hommes » (sous entendu : il ou elle multiplie les rencontres/les aventures). 

Et concernant la réussite maintenant.

La réussite elle ne relève pas d’un public ou pas spécifiquement. La réussite relève plutôt de l’atteinte d’objectifs précis ou de résultats tangibles : « ce projet est une réussite », « il a réussi son examen », « j’ai réussi à le convaincre ».
Il est vrai que l’on pourrait dire : « je l’ai convaincu avec succès » mais c’est le signe justement de cet amalgame entre réussite et succès à mon sens. Il est plus naturel de dire que l’on a réussi à convaincre une personne que de dire qu’on l’a convaincue avec succès. D’ailleurs le mot succès, il est intéressant de le noter, ne renvoie à aucun verbe, à aucune action contrairement au terme « réussite » : réussir. Cherchez le verbe équivalent au mot succès, vous verrez qu’il n’existe pas. Il est toujours employé avec un verbe : « avoir du succès » et « rencontrer du succès ».

Pas plus tard qu’hier il m’est apparu que la réussite pouvait emmener au succès, et que le succès ensuite était susceptible d’amener d’autres réussites à la manière d’un cercle vertueux. Si vous multipliez les réussites, des atteintes d’objectifs tangibles en somme, votre entourage ou votre public, finira par le voir ce qui procurera auprès de celui-ci un effet qui l’engagera à s’intéresser à vous, à vous suivre et à vous consacrer : le succès. Ensuite fort de ce succès auprès d’un public, vous inspirerez des personnes à vous apporter leur aide, leur confiance et à vous apportez des moyens d’atteindre des objectifs supplémentaires que vous n’auriez pas atteints sans eux. Vous connaitrez donc de nouvelles réussites qui ensuite généreront une forme de succès plus grande.
Prenons l’exemple d’une pièce de théâtre. Pour effectuer une représentation d’une pièce de théâtre il faut atteindre tout un tas d’objectifs bien précis et tangibles. Il faut écrire la pièce, trouver un producteur qui vous suive, convaincre des artistes de la jouer, constituer une troupe qui fonctionne ensemble, convaincre un théâtre, effectuer des répétitions, communiquer pour faire connaitre la pièce, etc. Ces réussites atteintes le public sera au rendez-vous ; la pièce de théâtre connaitra le succès. Le succès atteint, vous intéresserez d’autres théâtres, d’autres producteurs à vous faire confiance… sur la même pièce ou sur une autre qui vous sera demandée… ce sont d’autres réussites en puissance qui vous engageront sur la voie d’un succès plus grand, c’est à dire, dans un plus grand théâtre avec un public plus nombreux, etc.

En introduction j’ai écris que l’amalgame entre les 2 termes (succès et réussite) est une source de malentendus dans l’entreprise. J’en suis persuadé mais je ne peux vous préciser cette simplement encore avec mes écrits. Ce sera l’objet peut être d’un prochain écrit quand mes m’auront permis de le découvrir. Ce que je perçois à ce stade c’est qu’il est sans doute question de s’intéresser aux motivations intrinsèques qui poussent les individus à s’investir dans une entreprise. Il se pourrait que certains soient motivés par l’atteinte d’objectifs, quand d’autres rêvent plus spécifiquement de succès. En somme il pourrait y avoir des profils différents, ceux tournés et se « contentant » de réussites quand d’autres visent le succès.

Crédit photo : Bruce Mars on Unsplash

Collage of four pictures representing each season: spring, summer, autumn and winter.

Nous avons besoin d’une nouvelle des . J’estime en effet qu’il est que nous sortions des schémas établis et reconsidérions collectivement notre rapport aux saisons, aux vacances, aux périodes d’activité et d’inactivité qui ponctuent l’année civile. Car non, l’été n’est pas propice à une longue période d’inactivité. C’est même surement tout l’inverse et à force de ne pas nous questionner sur ce que l’été peut pour notre croissance personnelle et collective, tout en l’assimilant unilatéralement à une période de vacances, nous laissons passer les bienfaits que cette saison est en mesure de nous offrir et que nous n’avons jamais véritablement explorés. Pire nous cassons la dynamique naturelle dans laquelle les 4 saisons nous entrainent malgré nous et compromettons en conséquence chaque année notre avancée en tant que société et en tant que civilisation.

Chaque année, alors que le mois de juin s’installe, c’est un constat que je fais et dont la pertinence me saute particulièrement aux yeux aujourd’hui alors que je viens d’initier une activité en avril dernier en tant que créateur de sites : lorsque le printemps arrive partout les projets et l’enthousiasme renaissent de concert et pourtant ils vont subir un coup d’arrêt net durant l’été.

Parce que l’été, spécialement au mois d’août mais pas que, je pense aussi à juillet, l’activité s’arrête quasi complètement. Une majorité des français ne sont plus en activité puisqu’ils sont en vacances. Vous pouvez dans le cadre tenter de joindre des personnes à cette période de l’année mais vous êtes quasi certains qu’il n’y aura personne ou sinon un message par retour pour vous annoncer que « je suis en congés du (date) au (date), merci de me laisser néanmoins un message, j’en prendrai connaissance dès mon retour ».

Cela vous parait normal ? Cela l’est ! Oui parce que l’on veut profiter alors du soleil et des températures agréables pour s’évader, faire une pause et espérer recharger des batteries pour alors repartir de plus belle ensuite. Qui pourrait être contre cette alors que l’on est souvent le restant de l’année le nez dans le travail et le quotidien ? Sans être contre j’aimerais nous sensibiliser au fait que cette habitude est contre-productive et même nuisible.

Selon mon observation s’arrêter en été alors que le printemps a été synonyme de nouveau départ ou selon le contexte personnel de coup de boost est une gageure que l’on paye très cher le restant de l’année. Personnellement je ne stoppe pas l’avancement de mes projets l’été parce que je ne veux pas ensuite devoir en payer le le restant de l’année jusqu’au printemps prochain. Cet été je être affairé à mes projets. Je ne lâcherai pas la barre pour ensuite m’apercevoir que le navire s’en est allé dans des contrées que je n’avais pas planifiées.

Ma remarque est totalement subjective et ne concerne que moi ? Cela se pourrait mais songez simplement que nous ne sommes pas différents de la nature qui nous entoure et que le printemps -sans doute l’avez-vous remarqué vous-mêmes dans vos projets- c’est bien l’époque du nouveau démarrage, de la nouvelle sève. Tout s’expand. Les jours rallongent, les températures redeviennent clémentes. La nature se réveille et se refait une beauté en nous éblouissant de milles et unes nouvelles pousses qui écloront en de magnifiques fleurs. Les individus reprennent goût au sport, aux sorties, au bricolage, au rangement. Puis ensuite vient l’été qui confirme ce qui a été débuté au printemps : le murissement, voire parfois même la récolte ; le fauchage des blés. Et donc il n’est pas question de s’absenter sous peine de devoir récolter des laissés sur l’arbre qui auront eu le temps de murir au delà du raisonnable jusqu’à pourrir ou dans le meilleur des cas de mûrir jusqu’à la limite du raisonnable. Il se peut que cette récolte tardive nécessite donc un tri lequel est une charge supplémentaire ensuite arrivé à l’automne qui est censé être le temps des dernières récoltes (les vendanges) et du tri et de l’entreposage ou stockage, avant l’arrivée de l’hiver où les conditions naturelles et la nature endormie nous oblige à vivre sur nos réserves. Cet hiver traversé de part en part par des intempéries invite à la nécessité de laisser passer et de… se reposer à moins que l’on veuille se confronter à des conditions naturelles extrêmes, tel que le froid glacial, conditions qui en puisant dans nos réserves naturelles accumulées le restant de l’année finiront par nous fatiguer au delà du raisonnable et finalement nous vider de notre énergie.

Je le pense : l’hiver est la véritable saison du repos et de la récupération. J’oserais dire d’une certaine forme de laisser-aller et pour mieux se désengager d’une année passée riche d’expériences et d’investissements qui a pu causer une certain forme d’accumulations. Or si l’on n’y prend garde ces accumulations peuvent causer un trop plein, une saturation. L’hiver c’est le temps d’un certains laisser-aller donc -à ne pas confondre avec un abandon ou un je-m-en-foutisme- pour guetter d’autant mieux l’arrivée des prémices d’un retour du printemps qui souvent donnent des signes de son retour subrepticement, tels des frémissements qui sont autant d’invitations faites pour remonter sur sa planche et se préparer à la nouvelle vague qui nous portera et nous élancera sans efforts si elle est prise au sérieuse suffisamment tôt vers de nouveaux frissons, une nouvelle énergie, un nouvel élan.

Si je devais résumer notre manière de fonctionner en tant que société, je dirais qu’après une période de stagnation et d’engourdissement (l’hiver) nous bénéficions d’un élan nouveau, sans même parfois nous en rendre compte (le printemps) puis d’un seul coup nous allons délaisser cette nouvelle énergie qui nous portait pendant plusieurs mois pour la laisser retomber parce que nous allons décider de profiter de cette accumulation d’énergie pour … ne plus rien faire ou alors pour la dilapider dans des activités totalement en dehors de celles qui nous importent le restant de l’année. Une fois que nous aurons bien consommer cet arrêt brutal et soudain, nous allons revenir sans nous soucier de savoir si le contexte sera toujours propice à une énergie entrainante et nourrissante mais juste parce qu’il faut revenir (la rentrée) et c’est là où nous allons découvrir qu’il va falloir finalement prendre sur nous, courir et nous dépenser pour rattraper et compenser la longue période d’arrêt estivale et jusqu’à l’épuisement, épuisement qui vient notamment du fait que nous ne pouvons plus être soutenus par l’énergie ambiante car justement l’ambiance générale est déjà au ralentissement et au stockage des ressources (l’automne) et puis très vite à l’arrêt et à l’attente (l’hiver).

Sommes-nous censés agir collectivement de cette manière ? Je pense que c’est tout l’inverse. Nous faisons preuve d’ignorance et d’aveuglement.

Alors comment faire pour ne pas s’arrêter l’été et profiter des bienfaits de cette saison tout en adoptant une attitude qui permette récupération et rechargement de nos ressources individuelles et par extension collectives ?

Il n’y a pas de réponse absolue, c’est à dire, de réponse qui ferait office de vérité pour tout le monde, j’en conviens mais dans une 2ème partie je prévois de vous livrer des pistes qui sans être parfaites ni révolutionnaires en soit offrent une voie qui mérite que l’on s’y intéresse et l’explore pour en retirer des bienfaits.

 

Crédit photo : Zuberka – IstockPhoto

Mise à jour (finale) du 23 mai : Je me suis trompé. J’ai bien eu quelques soucis avec un correspondant qui a reçu mon email dans ses spams (et peut-être d’autres) ce qui m’a mis la puce à l’oreille mais je me suis trompé ensuite dans l’utilisation du site mail-tester.com ; j’ai testé mon email sans inscrire d’objet ni de contenu et en conséquence le score était bas (inférieur à 2/10). Il faut donc tester sur mail-tester.com son email en y ajoutant un objet et un contenu. Ce que j’ai écrit concernant le champs SPF reste lui parfaitement d’actualité. Il faut le paramétrer. Certains hébergeurs feront plutôt appel au champs DKIM. Dans tous les cas demandez à votre hébergeur à paramétrer le champs SPF ou DKIM ou les 2 car ils ne le sont pour ainsi dire jamais d’office. J’ai pu constater depuis le paramétrage du champs SPF une normale de mes emails.  

En adressant un email avec pièce jointe à un proche je me suis aperçu qu’il ne l’avait pas reçu dans sa boite de réception mais dans les courriers indésirables. C’est chose « banale » qu’un soit considéré comme un spam ou un e-mail douteux quand tu adjoins une pièce jointe à ton email mais ce n’est pas pour autant une condition normalement exclusive d’autant que je ne correspond pas avec une adresse gratuite mais issue de mon nom de domaine borisperchat.fr. D’autres paramètres entrent en jeu. Quelque peu inquiet je me suis donc dirigé sur un site de test pour évaluer son score de délivrabilité, c’est à dire, sa capacité à être accepté par un destinataire sans que le logiciel ou service de messagerie de ce destinataire ne l’associe à un courrier indésirable. Une fois parvenu sur le site de test mail-tester.com j’ai pu constaté que mon adresse email avait un score bas ce qui a confirmé mes soupçons ; mon adresse e-mail est compromise. J’ai fait un second test sur un autre ; le constat se confirme.

J’ai donc créé une autre adresse e-mail et j’ai commencé à adresser à certains de mes derniers correspondants un email pour leur expliquer que j’avais une nouvelle adresse email désormais pour correspondre tout en leur donnant un copier / coller de mon dernier message à leur intention au cas où celui-ci aurait été considéré comme un courrier indésirable. Mais il y a un hic… par acquis de conscience j’ai testé cette nouvelle adresse email sur mail-tester.com or le score n’est (toujours) pas meilleur. Il semble donc que mon nom de domaine soit concerné et pas seulement l’adresse email seule. C’est un point que je explorer et pour étendre mes connaissances sur le sujet de la délivrabilité. Je reviendrai partager ce que je vais apprendre.

Au passage je vous communique une url qui donne plusieurs adresses pour tester le score de délivrabilité de son adresse e-mail : outilsemail.com/verifier-delivrabilite-emails/


Edit du 28 avril 2022
: après une recherche sur google je suis arrivé sur une page web évoquant la notion de SPF et un tuto écrit par mon hébergeur sur le même sujet : en suivant le je crois manqué d’information alors j’appelle la hotline de mon hébergeur avec laquelle je termine la configuration du SPF sur le nom de domaine borisperchat.fr. Le hotliner m’assure que cela suffira. J’évoque la possibilité que le domaine entier borisperchat.fr soit compromis mais selon lui non. Il connait le sujet et je lui fais confiance en écoutant ses explications. Comment maintenant s’assurer que tout est rentré dans l’ordre ? En testant avec des destinataires. L’appel terminé je me demande si un test sur mail-tester.com pourrait être convainquant d’un retour à la normale ? Je teste demain et je vois.

Edit du 29 avril 2022 : le score est toujours bas 🙁

Au cours de l’été une amie, Anne-Audrey, me téléphone afin de m’inciter à donner une dans le cadre d’un évènement intitulé ‘Global Entrepreneurship Week” dont elle est la coordinatrice en France. Au début je suis sceptique puis j’accepte. Je réfléchis à un sujet. L’ me vient de parler de mon expérience à propos de la valorisation des et usagés. Je donner 2 fois la conférence.